Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Virée normande...

par Cyril 27 Mars 2015, 13:55

Il est 6h30 et Gilles est pile à l'heure. Le temps d'avaler ensemble un petit café à la maison et de discuter cinq minutes avec les enfants et Kathy, et nous voilà partis...

Cette journée est très particulière pour moi. Cela fait un petit moment que je n'ai pas pêché et la perspective de me retrouver sur l'eau m'emplit de joie.

Nous avons un peu de route à faire et les discussions vont bon train. Gilles est le boss de Florida Fields ; aussi, les sujets de conversation ne manquent pas. Projets, référencement de nouveautés, voyages, le temps passe vite et nous sommes presque arrivés.

Je connais peu la Normandie et pas du tout Dieppe, notre lieu de rendez-vous. Le dépaysement est total et Paris semble vraiment loin. Des étangs par dizaines, des rivières... Même dans les terres, l'eau est omniprésente, c'est aussi inattendu qu'agréable. Et puis, comme chaque courbe de cours d'eau rappelle à mon chauffeur une nouvelle anecdote de pêche, mon impatience augmente de minute en minute...

On dépose nos affaires dans la grande maison familiale, qui fera office de pied à terre pour ces deux jours, et nous nous rendons à la mise à l'eau.

Salée l'eau, puisque nous pêcherons la Manche aujourd'hui.

Nous retrouvons Arnaud, notre guide du jour et embarquons enfin.

Virée normande...
Virée normande...

L'objectif est simple, nous partons à 18 miles des côtes environ pour tenter de leurrer des morues sur des épaves. Il y a pire comme programme.

 

Virée normande...

Nous sommes un peu secoués sur ce qui s'apparente à un véritable karting. Le bateau passe parfaitement dans les vagues mais ça tape dur !

Quoi qu'il en soit, nous arrivons sur la première zone et les dérives commencent. 

Nous pêchons avec une St Croix Avid Inshore pour moi et des blanks de la même marque spécialement montés pour cet usage pour Gilles et notre guide.

Les épaves sont vraiment plates et il est difficile de les distinguer sur l'écran de l'échosondeur. Il y a très peu de détection autour pour corser le tout ; de l'aveu même du local de l'étape, ça devrait être difficile... Il a réussi de superbes pêches ici il y a quelques semaines  mais les poissons se sont déplacés et ce sera sa dernière sortie pour cette saison. 

Peu importe, je suis vraiment novice en la matière et si les recits qu'il vient de nous conter font réver, je me contenterai de bien moins. Et puis, en plus d'être vraiment sympa, Arnaud est un excellent pêcheur ; il maitrise parfaitement cette pêche et ses connaissances sont un véritable atout. S'il y a moyen de réaliser quelques captures, il est le mieux placé pour le trouver.

Le montage est on ne peut plus simple mais la pêche relativement tactile.

Un Castaic Jerky J Swim 7'' monté sur une énorme tête plombée de 120 grammes. Une tête de ligne en fluoro 40 centièmes et c'est tout. 

Ca bouge un peu et une telle plombée est indispensable pour pêcher précisément même dans ces profondeurs relativement faibles. Il y a entre 25 et 35 mètres sous la coque et je m'applique à contrôler mon leurre dans la bonne zone.

Pour être efficace, il faut faire osciller son shad avec une très faible amplitude et reprendre fréquemment  le contact avec le fond.

Et c'est la touche ! 

Il ne s'agit pas d'un gros poisson mais je suis ravi. C'est ma première morue et cette prise a donc une saveur toute particulière.

Virée normande...

Gilles prend presque immédiatement après un poisson du même gabarit et ce sera le début d'une belle série.

Virée normande...

Les sentiments à bord sont partagés. Arnaud peste car il espérait trouver de plus gros sujets, et nous, on s'éclate comme des gamins.

Nous toucherons une cinquantaine de poissons en tout. Tous à peu près calibrés. 

Virée normande...
Virée normande...

La pêche est vraiment agréable et l'environnement pour le moins inattendu.

Fous de bassan, puffins majeurs et même pingouins torda nous honorent de leur présence et ajoutent à la magie des lieux.

Mais il est déjà temps de rentrer et de faire chanter les 150 chevaux du moteur. 

 

J'aurais pu garder les cheveux au vent mais par respect pour Gilles, je préfèrerai mettre un bonnet.

J'aurais pu garder les cheveux au vent mais par respect pour Gilles, je préfèrerai mettre un bonnet.

Une fois au port, nous faisons quelques emplettes car nous sommes invités chez Laurence et François, des amis de longue date de Gilles. La soirée se déroule de la plus belle des manières et nous sommes recus comme des rois. Ces gens sont tout simplement d'une gentillesse et d'une hospitalité incroyables. De vraies belles personnes que l'on aime instantanément. Un vrai coup de coeur.

Nous rentrons ensuite chez Gilles pour une nuit réparatrice.

Cet endroit respire la passion de la pêche et l'on s'y sent bien...

Virée normande...
Virée normande...
Virée normande...

08h00...

Autant dire, grasse matinée.

Aujourd'hui, nous avons rendez-vous avec Arnaud et François. 

Nous devons nous retrouver une paire d'heures au bord d'un étang privé à côté duquel serpente une jolie rivière. 

Le petit déjeuner concocté par le maitre des lieux est rapidement avalé et nous partons...

Virée normande...

La pièce d'eau est principalement peuplée de brochets mais en cette période de reproduction, nous n'avons aucune idée de l'activité des poissons. Il est probable qu'ils soient occupés et nous commençons donc par observer les bordures. L'eau est cristalline et l'étang semble vide de vie.

Après avoir fait le tour du spot, il faut se rendre à l'évidence, les brochets ne sont pas très actifs. Je ferai bouger un beau poisson et François capturera néanmoins deux ou trois poissons modestes. Les touches, en plus d'être rares, sont vraiment difficiles à ferrer et nous raterons la plupart d'entre elles.

Mais ce n'est pas grave, le secteur est magnifique et nous improvisons une petite ballade. La pêche sur la rivière n'ouvrira que le week-end suivant mais la zone est pleine de promesses. Réputé pour la truite de mer notamment, ce petit cours d'eau fera peut-être l'objet d'une future visite.

Nous retournons alors déjeuner chez Laurence et François avant de reprendre la route pour Paris. Histoire de profiter encore un peu de leur gentillesse et accessoirement, de la beauté de leur jardin...

Virée normande...
Virée normande...
Virée normande...

La route est moins motivante qu'à l'aller mais toutes les bonnes choses ont une fin.

Je suis vraiment heureux d'avoir partagé ces deux magnifiques journées avec des personnes simples et agréables, animées par une passion commune.

La pêche sert aussi et surtout à cela.

A refaire le plus vite possible. 

commentaires

Haut de page